Cliquez ici pour modifier le titre

Article du Marin
Article du Marin

          Flash d'information sur la Réunion à la sous-préfecture le 9 Juin à Arcachon

                        
Représentants du Préfet : M. Thierry Suquet et M. Ronan Le Saout
  
Présents : Michel Ferron UNAN 33- Jean-Claude Olivier (ABA) -Emmanuel Martin ( UPNBA) Claude Mulcey (AUPPM)- Claude Pascal (APBA) - Secrétaire de l'APPBA.
 
M. Suquet : Le préfet doit reprendre le décret et inviter les usagers du Bassin au dialogue, l'esprit du préfet est de trouver rapidement des points de discussions.
 
Ce qui est dans les prérogatives du Préfet de Région:
 
La ZPI :
La superficie de cette zone ne devrait pas évoluer , elle représente une centaine d'hectares.
La pêche :
Toutes formes de pêche : Professionnelle , de Loisirs, a Pied et après avis du comité scientifique devrait pouvoir continuer son activité habituelle.
La position de base est de prendre un arrêté provisoire pour l'été et d'avoir une solution plus élaborée à l'automne.
Cet arrête favorable pour la pêche devrait sortir début juillet
Les mouillages :
Le préfet peut agir sur la ZPR en concertation avec le préfet maritime qui lui va définir les zones de mouillages.
Pour cet été on garde les pratiques de mouillage habituel pour la journée.
 
Ce qui n'est pas dans les prérogatives du préfet, mais du ministre:
 
Il ne peut pas modifier la ZNN.
Il  ne peut pas autoriser le mouillage de nuit à Arguin.
dans un premier temps la ''pédagogie'' sera de mise vis a vis des plaisanciers
Il ne peut pas autoriser l'activité des Kite-Surfeurs.
 
La seule façon de modifier le décret ou de l'annuler est le recours gracieux au conseil d'état (qui est en cours)
 
On éte abordé également la representativité du PNM vis à vis des usagers du Bassin.
 
 
 Claude Pascal
 Président APBA
 
 

Dans la presse ...

400 personnes ont manifesté hier contre le décret d’extension de la réserve d’Arguin.

d.patsouris@sudouest.fr

C’est pas un temps a? passer la journe?e sur le banc d’Arguin. C’est pas non plus un temps a? manifester sous les fene?tres de la Direction de?partementale des territoires et de la mer (DDTM), sur le port d’Arcachon. Les repre?sentants des plaisanciers et des professionnels du nautisme ont pourtant re?ussi, hier matin, a? re?unir 400 personnes sous la halle des pe?cheurs (a? l’abri de la pluie) contre le de?cret d’extension de la re?serve naturelle nationale du banc d’Arguin, publie? le 10 mai dernier.
Ce texte ne satisfait de?cide?ment personne : d’un co?te?, les e?cologistes trouvent qu’il ne va pas assez loin
; et de l’autre, les industries nautiques, les plaisanciers, les kitesurfeurs, les pe?cheurs amateurs et professionnels, qu’il les exclut d’Arguin. Seuls les ostre?iculteurs ont eu ce qu’ils voulaient : 45 hectares pour y faire pousser leurs hui?tres. Voila? pourquoi ces derniers ne sont pas sous la halle ce samedi matin.
« Rendez-nous Arguin
! »
Au-dessus de la foule, des pancartes disent « Rendez-nous Arguin
! » ou « Liberte? pour Arguin ! ». Le de?cret ministe?riel, signe? juste avant que le dernier gouvernement de Franc?ois Hollande ne soit de?mis, e?tend de 2 000 hectares le pe?rime?tre de la re?serve, allant jusqu’a? quasiment raser la pointe du Cap-Ferret. Surtout, il pose une se?rie d’interdits dans ce pe?rime?tre : pas de mouillage de nuit, pas de kitesurf, etc.
Certains interdits seront nuance?s par des arre?te?s pre?fectoraux, par exemple sur la pe?che amateur et professionnelle. Mais pour le moment, puisque les arre?te?s ne sont pas pris, la pe?che est interdite : « On a 65 licences de pe?che professionnelle intra-Bassin et 42 licences de pe?che a? pied, explique David Lamourous, pre?sident du comite? de?partemental. La?, ils ne peuvent pas pe?cher ou? il y a du poisson. »
Sous la halle, les repre?sentants des plaisanciers prennent le micro. « Je suis en cole?re
! clame Joe?l Confoulan, des Amis du banc d’Arguin. Et vous aussi ! Plaisanciers, pe?cheurs, kitesurfeurs, nous ne sommes pas conside?re?s comme des oiseaux (ceux qui sont prote?ge?s dans la re?serve, NDLR) mais comme des zozos ! Nous sommes vire?s de chez nous ! Arguin fait 6 kilome?tres de long, il y a pourtant de la place pour tout le monde ! »
Bernard Belin (des plaisanciers de Lanton) parle de la re?serve comme « d’un e?mirat e?colo ». Claude Mulcey, du conseil du Parc naturel marin du bassin d’Arcachon et du comite? consultatif d’Arguin, assure que « ce de?cret bafoue le travail et le dialogue enclenche?s depuis trois ans au Parc ».
Il est beaucoup question du Parc marin, une instance ou? tous les acteurs du Bassin sont re?unis et ont appris a? se parler. Ce qui n’e?tait pas gagne? d’avance. Mais sur le de?cret, le Parc n’a pas e?te? sollicite?. Un de ses membres, Christine Bernard, le regrette et qualifie le de?cret de « jacobin ».
Une de?le?gation a e?te? rec?ue
Emmanuel Martin, pour les professionnels du nautisme, explique que les e?lus locaux ont e?te? sollicite?s. « Mais si le levier politique e?choue, nous sommes tous pre?ts a? aller beaucoup plus loin. » Le repre?sentant des kitesurfeurs ne comprend pas l’interdiction du kite « jusqu’a? la Salie ». « On ne de?range personne. C’est un de?cret abusif et arbitraire. »

Enfin, le pre?sident des plaisanciers du Teich juge que le de?cret cre?e une se?gre?gation : « Du fond du Bassin, il faut du temps pour aller a? Arguin, alors sans y mouiller la nuit, il nous reste quoi ? » Vers 11 h 30, une de?le?gation de douze personnes est rec?ue a? la DDTM par Ronan Le Saout, son directeur, et Thierry Suque?, secre?taire ge?ne?ral de la pre?fecture. Elle veut faire remonter les dole?ances et demander un moratoire sur l’application de ce de?cret. A? 12 h 57, la de?le?gation sort de la salle. « Ils nous ont e?coute?s, assure la de?le?gation. Ils nous ont dit qu’ils re?uniraient leurs services cette semaine pour donner un cadre pe?dagogique aux verbalisations, qu’ils feraient remonter ce qu’on leur a dit au pre?fet, et que les arre?te?s pre?fectoraux comple?tant le de?cret ne seront pas publie?s avant septembre. »
Les manifestants, eux, de?poseront tre?s vite un recours gracieux contre le de?cret et appellent a? la de?sobe?issance civile contre les nouvelles prescriptions et interdits contenus dans ce texte...
« Mais si le levier politique e?choue, nous sommes tous pre?ts a? aller beaucoup plus loin » 

Arcachon : les plaisanciers du banc d’Arguin vont manifester samedi
Publié le 31/05/2017 à 3h39. Mis à jour à 8h41 par David Patsouris.
 
commentaireArcachon : les plaisanciers du banc d’Arguin vont manifester samediLes représentants des associations de plaisanciers se sont réunis lundi soir pour préparer leur plan de bataille contre le décret d’extension de la réserve naturelle du banc d’Arguin.
photo d. p.
premium 
Les associations de plaisanciers vont manifester samedi à Arcachon contre le nouveau décret.

Ils sont très, très en colère. Ce lundi soir, une quinzaine de représentants d’associations de plaisanciers est réunie dans une salle de Marcheprime pour préparer la bataille qui s’annonce contre le décret d’extension de la réserve naturelle nationale du Banc d’Arguin qui a été publié le 10 mai dernier.

 

Ce décret officialise toute une série d’interdits que les plaisanciers ne peuvent supporter : la pêche (loisir et professionnelle) dans la réserve (4 360 hectares)?; le kitesurf?; le mouillage de nuit?; l’obligation diurne de mouillage des navires et/ou engins nautiques dans une zone, ou plusieurs, délimitées dans la zone de protection renforcée.

Ils manifesteront samedi

En fait, le texte est très proche du projet de décret qui avait été présenté à l’enquête publique durant l’été 2014 et oublie les recommandations du groupe de travail mis en place ensuite par la sous-préfète d’Arcachon, comme l’autorisation contrôlée du mouillage de nuit.

Ce lundi soir, il n’y a que les représentants des plaisanciers. Emmanuel Martin, président de l’Union des professionnels du nautisme du bassin d’Arcachon, est excusé. « Mais ils sont avec nous », précise Joël Confoulan, le président des Amis du Banc d’Arguin. Il s’agit avant tout, ce soir, de préparer la manifestation prévue samedi à 10 heures à Arcachon.

Comme en août 2014, les plaisanciers et les professionnels du nautisme crieront leur colère à 10 heures devant les locaux arcachonnais de la Direction départementale des territoires et de la mer. « Toutes les personnes qui sont contre ce décret sont invitées à venir. » Normalement, une délégation sera reçue par les services de l’État.

Emmanuel Macron et eux

Ça n’est pas tout. Deux ou trois associations parmi la quinzaine déposeront avant le 10 juillet un recours gracieux contre le décret. Ce qui est à la fois une première marque de colère et une volonté d’ouvrir le dialogue avec l’administration avant, dans un second temps, de déposer un recours contentieux au Conseil d’état, seule instance habilitée à délibérer sur un décret ministériel.

« Nous sommes dans un esprit de concertation », expliquent les plaisanciers. Mais ils ont déjà saisi un avocat pour qu’il étudie les éventuelles failles juridiques du décret. Ensuite, ils ont contacté quelques relais politiques. François Deluga, maire socialiste du Teich et président du Parc naturel marin (PNM), a été mandaté lors du dernier conseil de gestion du PNM « pour plaider notre cause auprès de l’administration », assurent les plaisanciers. Et puis un courrier a été envoyé aux deux parlementaires du Bassin, les LR Marie-Hélène des Esgaulx et Yves Foulon. Enfin, ils ont même contacté Arnaud Leroy, qui est andernosien, député des Français de l’étranger et surtout proche d’Emmanuel Macron : « Arnaud Leroy nous a reçus et il nous a assuré qu’il porterait nos doléances au président. »

 

 



Créer un site
Créer un site